Spécialisée en éthique et en droit de la santé, je suis membre du Barreau du Québec depuis 1989 et titulaire d’une maîtrise en sciences biomédicales, avec option éthique clinique, de la faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Mon parcours d’avocate, de mère de famille, de proche-aidante et de citoyenne engagée m’a amenée à m’intéresser à la relation de soins et aux situations complexes qu’elle peut engendrer.

Lors d’un diagnostic ou au fil d’une perte d’autonomie, les relations se redéfinissent entre la personne et ses proches. Ceux-ci peuvent de plus vivre un sentiment d’impuissance face au défi que représente la familiarisation avec les informations médicales, légales et structurelles propres à l’univers des soins de santé et des services sociaux. Dans ces circonstances, il peut être difficile de se faire entendre, et il peut arriver que des conflits surviennent.


Je suis persuadée qu’une approche orientée vers la conciliation des intérêts en jeu est préférable à la judiciarisation des conflits. Pour moi, le lieu où se prend la décision de soins ne devrait qu’exceptionnellement se transporter au tribunal. Bienveillance, respect et écoute sont au cœur de mon approche.

Des questions telles que la communication des informations, les valeurs personnelles et professionnelles et l’interprétation des normes en vigueur peuvent être identifiées et hiérarchisées, afin d’en arriver à une solution négociée. Dans d’autres situations, pour prévenir ou empêcher des abus ou négligences ou des atteintes aux droits fondamentaux de la personne, notre droit prévoit que certaines questions doivent se régler par la voie des tribunaux.

Il est pour moi primordial que toute personne en situation de vulnérabilité soit représentée et accompagnée, que ce soit auprès des instances publiques (établissements de santé, services sociaux) ou à la Cour. Trop souvent, ces personnes (ou leurs proches) sont laissées à elles-mêmes ou découragées par la lourdeur du système.

Animée par le souci de préserver, dans la mesure du possible, la relation de confiance entre la personne vulnérable, ses soignants et ses proches, j’offre donc des services de conseil, de conciliation et de représentation juridique, mais aussi un accompagnement et un regard à distance dans ces situations complexes.